La musique en licensing

Par Bruno L’Espérance

La façon conventionnelle et la nouvelle économie

Il y a quelques années, ceux qui voulaient devenir musicien et en vivre avait une seule vraie façon de vendre leurs chansons : 

  • Se faire signer par une maison de disques
  • Aller en studio pour enregistrer ses chansons
  • Vendre des disques
  • Faire des tournées

Toutefois, dans la nouvelle économie et la venue des nouvelles technologies, le marché musical a changé.  Maintenant, les musiciens peuvent vendre leur musique et se promouvoir via le streaming, leur site Internet et même en vendant des musiques licenciées.

Une quoi?

Vous avez probablement déjà vu des photos licenciées sur des sites comme iStockPhoto et Shuttershock.  Vous payez un prix X et vous recevez une ou plusieurs photos que vous pouvez utiliser sans risquer une atteinte aux droits d’auteurs.  Et bien, la musique licenciée est l’équivalent de ça.

Ce type de chanson sert principalement à des projets corporatifs et commerciaux, comme des jingles, publicités, applications mobiles, podcasts, montage vidéo et même des trames sonores. Le terme anglais pour ce genre de musique est stock music ou production music.

L’art de travailler dans l’ombre

Si vous faites de la musique licenciée, on s’entend pour dire que vous travaillez dans l’ombre tel un Ninja.  Votre succès va se faire grâce à la composition de qualité que vous produisez et non par vos tournées.  Logique!

Si c’est ce que vous recherchez, tant mieux.  Mine de rien, la demandé pour la stock music est très grande via les projets qui nécessitent de la musique.  Ceux qui ont plus d’argent vont se tourner vers un service plus personnalisée pour créer de la musique. C’est le cas des trames sonores.  Toutefois, pour les projets avec un budget plus serré, les entrepreneurs vont aller vers de la musique licenciée.  Souvent moins chère, mais avec une certaine qualité.

Où vendre de la stock music?

Il existe déjà plusieurs sites dédiés à la musique licenciée.  Les plus connus dans le marché anglophone sont : 

  • TAXI
  • Audiojungle
  • Pond5

En France, le seul que je connais est Getasound.  Malheureusement, au Québec, je n’ai pas trouvé de site Web de stock music.

La procédure est simple.  Vous vous inscrivez, vous importez vos chansons, vous incluez quelques tags avec une bonne description et le tour est joué.  Elle va être ajoutée à une catégorie que vous aurez sélectionnée auparavant.  Tous les clients pourront en écouter un extrait et l’acheter si ça répond à leurs besoins.

Se faire payer

Il y a 2 types de redevances en musique : 

  • Redevance de sync
  • Redevance de performance publique

Les redevances de synchronisation sont les redevances générées lors de l’achat d’une de vos chansons, que ce soit pour une publicité, une émission de télé, une vidéo, etc.

Ces redevances de sync peuvent varier entre 10 à 400$ dépendant de l’utilisation.  Ça peut même aller jusqu’à 5000$ si ce sont de grosses corporatives.

Les redevances de performance publique sont obtenues à chaque fois que l’œuvre d’un compositeur est jouée publiquement ou diffusée.  Un exemple typique serait avec la radio ou dans une émission de télévision.

Pour ça, ce serait important de s’inscrire à la SOCAN, Artisti et Soproq, toutes sont des associations que Laura parle dans Monétiser ta musique.

Les acheteurs de TAXI, Pond5 et AudioJungle vont rarement utiliser votre musique pour une performance publique vu qu’ils ont la licence, mais c’est quand même bon de s’enregistrer.  Conseil d’ami!

Combien peut-on réellement recevoir?

Depuis que j’en parle, peut-être que vous trouvez que vendre de la musique licenciée rime avec le Saint Graal.  Pas exactement…

En fait, même si ça parait gros de mettre sa musique sur Audiojungle et Pond5, mais vos chansons sont parmi tant d’autres.  Résultat : la compétition est très féroce sur ces plateformes!

Donc, combien pouvez-vous vraiment vous faire?  Ma réponse : ça dépend de beaucoup de facteurs.

Votre style de musique, votre fréquence de publication, la qualité de l’enregistrement, les mots-clés, la longueur de vos compositions et j’en passe.

Et la réalité est que vos revenus peuvent varier beaucoup : 

Sur Taxi, plusieurs compositeurs disent avoir des revenus de 50 000 à 100 000$ par année.  Evan Ovhorn de StockMusicMusician dit avoir une vente de 10 à 20$ d’ajoutée par tranche de 30 chansons.  C’est très peu.

Alors, quoi faire?

Le truc sera d’être constant dans votre fréquence de composition, mais aussi de créer des versions différentes.  Ça peut être un outro de 6 secondes, comme un refrain de 30 secondes, comme une simple loop de guitare ou une version avec un seul instrument ou plusieurs.

Votre chanson publiée aura la version originale en plus de 5 ou 6 versions alternatives.  Le but sera de donner plus de choix aux acheteurs qui veulent seulement une plus petite chanson ou qui ont des besoins différents.

Certaines plateformes comme Getasound, Taxi et Songtradr offrent des concours pour des demandes de chansons pour un style spécifique.  Une bonne chance pour se faire connaître aussi!

Conclusion

Dans la nouvelle économie, les moyens de se promouvoir avec la musique sont carrément illimités.  Un de ceux-là est la musique licenciée.  Des corporatifs ou des projets de film/podcast/télé se cherchent de la musique pouvant coller avec leur style.

Les plateformes ne manquent pas.  Même s’il y a beaucoup de compétition, le potentiel financier est tout de même là.

Et vous?  Est-ce que vous connaissez la musique licenciée avant aujourd’hui?  Est-ce que vous l’utilisez comme moyen de vous promouvoir?  Écrivez-moi tout ça en commentaire!

Pour en savoir plus sur Bruno L’espérance.

3 commentaires sur « La musique en licensing »

  1. Bonjour, merci pour cet article. En France il y a aussi Wecompose.
    PAr contre Taxi est assez cher non ? Pour participer aux concours il faut aussi payer ?

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonjour Oscar. Vous avez Wecompose? Ah très bien! Je ne connais pas encore! Avez-vous eu de bons résultats avec cette palteforme?

      Pour Taxi, oui, c’est très dispendieux (inscription à 300$US) et pour chaque chanson que vous soumettez, c’est 5$US. Toutefois, la compagnie offre une garantie d’essai de 365 jours, ce qui est assez rare.

      Une autre plateforme que je pourrais recommander qui agit à la fois comme distributeur et comme plateforme de musique licencée est Songtradr. Il coûte 49$ par an et il y a aussi des concours pour des chansons recherchées.

      J'aime

      1. Wecompose fonctionne comme Getasound, je découvre pour le moment et n’ai répondu qu’à un appel a projet. merci pour votre réponse et votre aide

        J'aime

Les commentaires sont fermés.